Le Pèlerinage

De nombreux documents du début du XXe siècle montrent la ferveur et la dévotion qui entouraient le Saint Suaire de Cadouin.

Les bâtiments de l’abbaye en partie restaurés et ceux répartis dans le bourg qui ne laissent pas de doute sur leurs occupations par des religieux ou religieuses, ceux qui ont servi d’hébergement, tous témoignent de la vitalité du pèlerinage.

Procession 1903 ou 1904 – L’ostension, la grande fête annuelle le 21 septembre. Tiré du livre « Le Périgord d’Antoine Carcenac » par Michel Carcenac. Plaque de verre 13 x 18.

Fête de l’Œuvre du Saint-Suaire à Cadouin.
Le 15 mai 1903 ou 1904

Sortie de l’église abbatiale de Cadouin, la procession vient de commencer.

Les femmes sont déjà passées. Le corps ecclésiastique arrive à son tour : les curés ou vicaires des paroisses voisines, quelques-uns en simple soutane noire, portant ou non la barrette à trois cornes, les doyens en camail noir aux liserés mauves. D’autres prêtres en surplis plissés fin. Les chanoines en rochet, ce surplis de dentelle porte par-dessus le tout un camail noir ; celui-ci est agrémenté d’une bande d’hermine bordée de deux bandes rouges.
Ornée de plumets, la chasse du Saint Suaire est entourée des ministres du Culte.
Quant à la grande fête annuelle, l’ostension, elle se tenait le 21 septembre.

Dès 1214, il est certain que l’abbaye de Cadouin détenait le saint Suaire, celui qui enveloppa la tête du Christ à sa mise au tombeau.
Cette relique était admirée, adorée, mais aussi convoitée ; qui la possédait possédait la richesse et la gloire. Personne, à part Luther qui dénombrait cinq vrais suaires, ne mettait en doute son authenticité.

De nombreuses aventures émaillent l’histoire du Suaire de Cadouin : les moines le soustraient aux convoitises des Anglais en le transportant en France, à Toulouse. Puis ils le volent aux Toulousains dans des conditions dont nous venons juste de découvrir les documents qui les retracent. Louis XI et Charles VII l’implorent pour guérir leur maladie. Il échappe aux protestants, puis aux révolutionnaires, mais l’abbaye est transformée en étable à cochons. En 1839, le département achète le cloître et les restaurations ne s’achèveront qu’en1945. Dix mille pèlerins viennent à Cadouin en 1836 et les ostensions se poursuivent jusqu’en 1934.

La procession faisait le tour du village.

L’ostension, la grande fête annuelle le 21 septembre.

Jean Maubourguet, l’historien catholique avait fait scandale en exprimant ses doutes sur les récits de l’arrivée du Suaire à Cadouin, de belles historiettes sans fondement, pensait-il. Mais surtout, un jésuite, le père Francez, fit examiner par le Directeur du Musée copte du Caire les signes brodés sur le tissu.
Les inscriptions, en coufique ancien, invoquent Allah et disent que le tissu a été tissé pour le vizir el Afdal, calife du Caire de 1094 à 1101, celui qui combattit les croisés à Antioche.
Monseigneur Louis, évêque de Périgueux, a interdit le pèlerinage de Cadouin 15 jours avant sa tenue, en 1934. Il a fait preuve d’honnêteté intellectuelle, et c’est tout à son honneur.

Aujourd’hui, le suaire n’est pas visible à l’abbaye, il est protégé à l’évêché de Périgueux, une copie doit être mise en place. Il n’est plus le Vrai, l’Unique, et un autre va prendre sa place.
Qu’il ne soit pas le vrai suaire est sans importance, seul compte le symbole représenté pendant mille ans par ce linge. Les fidèles, les religieux, le roi, le pape, le vénéraient, et c’était l’essentiel.

Le parking en 1903.
Si vous allez à Cadouin aujourd’hui, le parking est au même endroit, seuls les véhicules ne sont plus les mêmes.

Départ en pèlerinage

Carte postale du début du XXe siècle.

Les pèlerins au Buisson partent pour le pèlerinage à Cadouin.
En robe blanche les jeunes filles.

L'art de l'enluminure

Un livre pour apprendre l’art de la lettrine et des enluminures.

L’art des lettrines

L’art des lettrines, et de la notation musicale.

Livre sur la Monographie

La monographie et les chants à Cadouin.

Image pieuse

Une image pieuse du Pèlerinage 1869.
Le ruban à touché le suaire.

Image pieuse

Image pieuse du Pèlerinage 1883.
Le ruban a touché le Suaire.

Print Friendly, PDF & Email
Share This